Amplitude des mouvements : l'opposition du complet et du partiel est-elle justifié?


Parmi les grandes discussions sur le renforcement musculaire (et la musculation) tournent sur la notion d'amplitude des mouvements. Elle ont été souvent houleuses et on peut dire que des "courants" se sont formés... Les un revendiquant les faiblesses et désavantages des autres et inversement, rendant plutôt les conversations stériles (pour ne pas dire puéril...).

La finalité avérée (développement la force)de chacune des types de répétitions étant la même, on peut trouver des intérêts aux deux... La question serait plutôt de savoir quand et comment les différentes amplitudes des mouvements!

L'amplitude complète : Un gain de temps inestimable.

Full Squat/Squat Complet : le fameux "cul à terre" ou le "ass to grass".

La mythologie autour des amplitudes complètes (notamment en squat) sont multiples et variées : risque de blessure plus élevé, contrainte sur les articulations plus grandes, moins de développement de la force car "je ne mets pas assez lourd" etc. 
Tout ces arguments sont faux, les mouvements complets sont d'une grande utilité : ils permettent un meilleur développement de la force, d'entretenir une grande amplitude articulaire, de prévenir les blessures.  Une amplitude de mouvement complète permet également de faire fonctionner les chaines musculaires dans son ensemble. Ainsi, la coordination extra-musculaire est stimulé au maximum surtout dans les mouvements de base tel que le squat, le soulevé de terre ou encore le développé couché.
Pour ma part, l'amplitude complète doit être une fin en soit : quelqu'un qui est capable de faire un mouvement complet est une personne du point de vue fonctionnel opérationnel pour toutes taches motrices...


Les répétitions partielles : Un élément de variation de l'entrainement!

test FMS

Les répétitions partielles permettent avant tout de gagner en force dans l'angle dans lequel on travaille. Dans le cadre sportif, il est donc parfois intéressant de travailler sur des angulations spécifiques pour améliorer sa performance. On ne crache donc pas dans la soupe et on ne considère pas ces mouvements comme des parias.

Il faut les considérer comme des variables de l'entrainement, sur lesquels il faut jouer : si je m’entraîne dans cet angle, c'est dans un but précis (sportif) ou dans un soucis de diversité (casser la monotonie). L’inconvénient principal des répétitions partielles est qu'on peut prendre beaucoup plus lourd ce qui peut être traumatisant pour les articulations. Par contre, cette solution peut être appliquée face à une personne qui présente des douleurs articulaires à partir d'une certaine angulation  ou présentant des antécédents médicaux défavorables (blessures, déformation etc.)  pour ne pas perdre de temps et de développer la force.

En conclusion : Qualité technique, mobilité et prévention des blessures.

Au delà de l'utilisation des différentes amplitudes, le fil rouge doit et devra être la qualité technique d'exécution : il n'est pas convenable d'avoir des douleurs à l'épaule sur un développé couché ou un dos bien rond lors d'un squat. Nous en revenons sur la notion d'évaluation qualitative, qui n'est pas assez présent à mon sens dans monde de l'entrainement et du sport santé. Comme dit plus haut, une personne qui n'est pas capable à mon sens, de faire un mouvement complet n'est pas "en bonne santé". L'objectif sera donc d'analyser ce qui ne va pas (compensation, manque de mobilité) pour "débloquer" et gagner en amplitude. Ceci peut paraître long et fastidieux, mais la possibilité de travailler sur des amplitudes complètes permet de gagner un temps considérable en terme de préparation physique comme dans un objectif de santé & bien être. La possibilité de travailler avec des charges beaucoup plus légère sur une amplitude complète doit être vu comme une chance, comme un entretient de la mobilité articulaire et comme une approche prophylactique (prévention des blessures.



Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Ari (mercredi, 27 mai 2015 14:33)

    Très bon article


Vous aimez? Partagez!




Suivez moi sur Google +!

Google+


Samuel Johnson : "Ce n'est pas la force, mais la persévérance, qui fait les grandes œuvres."


Dumortier Benjamin, Préparateur physique et coach sportif

Intervention en salle de sport, à domicile, en extérieur, en entreprise et à distance.

contact@preparationphysique-coachingsportif.fr

06.24.47.76.19